Id., (en collaboration avec Ch. Ces lettres ont-elles été réellement écrites du temps de Sayyid Ahmad ? Khan, Muin-ud-Din Ahmad, History of the Farâ’idî Movement in Bengal, 1818-1906, Karachi, Pakistan Historical Society, 1965 (2e éd., Dhaka, Islamic Foundation Bangladesh, 1984). 8J’ai travaillé sur les deux seules recensions publiées. Pearson, Harlan O., Islamic Reform and Revival in the Nineteenth Century : the ‘Tariqa-i Muhammadiyya’, Ph.D. dissertation, Duke University, 1979 (inédit). Maulânâ Ismâ’îl [Shahîd] choisit Miyân-jî Chishtî [non identifié]. etat d asie en 7 lettres: yemen: etat d asie en 5 lettres: les solutions approchantes. Sayyid Ahmad se présente comme un soufi rattaché à l’ordre naqshbandiyya. L’imam est nommé pour conduire la guerre sainte et déraciner la rébellion et l’insurrection. 2, 3e éd., 1977). Il n’est pas question de Kâshghar qui était plus accessible par le Cachemire (auquel Sayyid Ahmad pensera seulement plus tard) que par les routes partant de Peshawar. Premièrement l’Hindoustan qui s’étend peut-être pour lui, selon les conceptions géographiques de l’époque moghole, jusqu’à la vallée de Kaboul (Gommans, 1995 : 11) : il est désormais presque entièrement aux mains des infidèles. Le reste du bassin de l’Indus qui avait été conquis par l’empire afghan des Durrânî au XVIIIe siècle (Gommans, 1995 : 44-66), était dominé par le puissant empire sikh de Ranjit Singh, qui devait durer jusqu’en 1849. Gommans, Jos J. L., The rise of the Indo-Afghan Empire, c. 1710-1780, Leyde, Brill, 1995. Ahmad Barelwî, Sayyid, Makâtib. 31Sayyid Ahmad souligne ensuite qu’il n’a absolument aucune ambition personnelle, aucune soif de pouvoir terrestre. Rizvi, Sayyid Athar Abbas, Shâh Walî Allâh and his Time, Canberra, Ma’rifat Publishing House, 1980. Il entreprit ensuite de remettre en vigueur par l’exemple deux « obligations oubliées » : le pèlerinage et la guerre sainte ou jihâd. \/use> \/svg>Menu"; ... si on parle d'europe et d'asie c'est pas par hasard... L'intérêt de la définition d'un continent est limité et particulièrement dans ce cas car l'euro 29Sayyid Ahmad explique ensuite sa réaction. Mais le nom exact du souverain n’est pas exactement mentionné : il y a pourtant des titres approchant comme Nasr al-Dîn ou Nasr al-Mujâhidîn. B dit « les Sikhs qui ont pris le contrôle du Panjab ») sont très malins. CommeUneFleche.com Accueil Rechercher. Autres blog à visiter : gemangouleme montirat bardablog lesnumeros zortang philippehoubart coutureetcrochet photoetpoesies esperanza57730 rodriguez87 Il est, dit-il, issu d’un lignage de sayyids établis, depuis des siècles, en Hindoustan, où ils se consacrent entièrement à suivre la voie du Prophète. 5La correspondance de Sayyid Ahmad comprend dans sa recension de l’Université du Pendjab (Corr. Le récit le plus détaillé est donné par Nadwî qui s’appuie sans doute sur une compilation en ourdou, le Waqâ’i-i ahmadî, qui fut écrite à partir de 1859 (Q. Ahmad, 1966 : xii ; sur l’usage qu’il fait lui-même de cette source, voir Nadwî, I : 510) : « Plusieurs membres avisés de l’armée de Sayyid Ahmad et des savants qui étaient à son service lui dirent : “Si vous le pensez approprié, envoyez une délégation à Boukhara pour lancer une invitation au jihâd (da’wat-i jihâd).” Ce conseil lui fut agréable. 25 Sur l’arrivée des mouvements wahhabites en Asie centrale, voir le dossier spécial de la Lettre d’Asie centrale, n 4, automne 1994. Mais dans le cas de l’émir de Boukhara, l’hagiographie est plus prolixe (M. Ahmad, 1975 : 206). Il fit un pèlerinage à La Mecque avec 700 disciples entre 1821 et 1824. Google has many special features to help you find exactly what you're looking for. Son but réel est de transférer le sultanat à celui à qui il appartient légitimement. Il s’allia avec les chefs pathans (i. e., d’ethnie afghane) du clan des Afghans Yûsufzai qui dominait la rive occidentale de l’Indus. En savoir plus [+] Synonymes: Pays du Commonwealth Membre du Commonwealth. Bangladesh. Des milliers de personnes, mieux, des personnes sans nombre, s’honorèrent d’avoir prêté serment d’allégeance (bai’at) à sa personne. Puritanism, Sectarianism, Polemics and Jihad, Canberra, Ma’rifat Publishing House, 1982. Elle n’est pas datée, mais l’hagiographie la situe en 1828. Quant à lui, il ne recherche aucun avantage personnel, il ne veut ni les richesses, ni le pouvoir ; il remplit son rôle religieux d’imam ou calife ; il laissera les sultans continuer à jouir des territoires qu’ils gouvernent. Il explique quelles raisons l’ont amené à se faire proclamer imâm : « Comme le jihâd du point de vue de la sharî’a ne peut se faire sans imam, pour cette raison tous les sayyids dignes de respect, tous les oulémas respectables, les cadis et les shaykh de haut rang, les khans respectés et tous les musulmans de l’élite et de la masse ont fait le serment d’allégeance (bai’at) de l’imamat. Ancien nom d'un Etat d'Asie. Inde-Asie centrale : routes du commerce et des idées, L’Asie centrale dans l’horizon de l’Inde au début du XX, « L’Asie centrale dans l’horizon de l’Inde au début du XX, 1989, année de mobilisations politiques en Asie centrale. Par contre les Européens (firangî) qui ont pris le contrôle de l’Inde (selon Corr. Et dès le début de 1827, pour se donner plus d’autorité dans la conduite du jihâd, il se proclama « Commandeur des croyants » (amîru’l-mu’minîn, titre réservé au calife), ou imam, se posant ainsi comme le calife de tous les musulmans. Ahmad, Qeyamuddin, The Wabhabi Movement in India, Calcutta, Mukhopadhyay (1966, 2nd ed., Delhi, Manohar, 1994). Id., Shah ‘Abd al-’Aziz and his Time. Bref il est revenu des lieux saints avec la mission de faire le jihâd. Ce n’est pas un hasard si Sayyid Ahmad commença cette année-là sa carrière de réformateur : il ne pouvait plus être un soldat de fortune comme il l’avait été pendant cinq ou six ans. Il y a fort à parier que, si l’émir de Boukhara a réellement reçu cette lettre, il n’en a guère tenu compte. Derrière lui, à l’ouest, s’étend ce que nous appelons aujourd’hui l’Afghanistan. Historiquement, l'Irak était sous les autorités du Royaume-Uni j 46Sayyid Ahmad a conscience d’être, à la frontière nord-ouest de l’actuel Pakistan, dans une sorte de no man’s land qu’il désigne comme le territoire de Yûsufzai. 23Les compilateurs des deux éditions utilisées désignent cette lettre comme adressée au « Shâh de Bukhârâ » : dans le cours de la lettre l’émirat de Boukhara et la famille régnante y sont désignés explicitement avec les titres de Sultân ou de janâb-i wâlâ. Entre 1812 et 1817, il entama une seconde carrière de soldat au service du chef afghan Amîr Khân (1768-1834) qui se tailla une principauté dans le Rajasthan, à Tonk, puis dut déposer les armes quand, en 1817-1818, les Britanniques vainqueurs des Marathes démilitarisèrent l’Inde occidentale. Ce dernier avait-il une vue géopolitique réaliste ou était-il un utopiste ? Il n’est pas exclu cependant que Sayyid Ahmad emploie le terme dans un sens beaucoup plus ancien (El2, vol. Il envoya Miyân-jî Chishtî avec neuf hommes et il donna comme présent un magnifique Coran calligraphié et orné de dorures dont le Nawâb Amîr Khân de Tonk lui avait fait cadeau : il confia aussi à la délégation une proclamation d’invitation [à servir la cause de Dieu] et du jihâd » (Nadwî, II, 79). Je n’ai pas un soupçon de tentation démoniaque ni de désir égoïste qui entrerait dans cette invitation divine et cette inspiration du Seigneur. Je n’ai pas eu accès à ces manuscrits. 28Vient ensuite un noir tableau de l’Inde aux mains des infidèles. Et, parmi ces lettres califales, nous examinerons ici seulement celles qui sont adressées à des chefs d’État. A), ce mot n’apparaît qu’une seule fois (p. 88b) dans la correspondance : il désigne alors, semble-t-il, les régions montagneuses situées à l’est de l’Afghanistan actuel. Ils se purifient des innovations (bida’) et du polythéisme (shirk). 13Ce que nous appelons aujourd’hui l’Afghanistan était aussi dans une période de transition. Il fut vaincu et tué en route par une troupe de Sikhs à la bataille de Balakot en 1831. C’est parce que cette région n’était pas encore démilitarisée que Sayyid Ahmad put y mener la guerre sainte : il avait pris à revers les Sikhs infidèles pour les attaquer. 24Le seul commentateur qui se soit intéressé à cette lettre est S. A. Google's free service instantly translates words, phrases, and web pages between English and over 100 other languages. Il met l’accent sur la situation pitoyable de l’Inde où les musulmans sont sous la coupe des Anglais et des infidèles hindous et sikhs. Comme l’explique Marc Gaborieau, l’étiquette wahhabi peut très bien renvoyer à des groupes religieux d’origines diverses. Ainsi cette participation de l’émir à la guerre sainte proclamera bien haut la gloire de la parole de Dieu. À Kâmrân, prince héritier de Hérat, il écrit : « Je veux seulement débarrasser ce pays [la frontière de l’Afghanistan] de l’infidélité et de l’hypocrisie : ensuite je retournerai dans l’Hindoustan pour le purifier du polythéisme et de l’infidélité, car mon véritable but est de faire le jihâd dans l’Hindoustan, non de m’établir dans le Khorasan » (cité dans Nadwî : vol. Le Turkestan russe : une colonie comme les autres ? Il distingue nettement entre le rôle de calife et celui de sultan. Id., « The description of Sufism in the first manifesto of the Indian Wahhabis : the Sirâtu’l-mustaqîm by Ismâ’îl Shahîd and ‘Abdu’1-Hayy (c. 1818) », communication au séminaire franco-indien Evolution of Medieval Indian Culture : the Indo-Persian Context, Delhi, 14-16 février 1994 (à paraître en 1996 dans les actes du colloque, Delhi, Manohar). A : Makâtib, Lahore, Maktaba Rashîdiyya, 1975. Etat D'asie Centrale 11 Lettres. Comme mon analyse de la correspondance n’est pas terminée, je m’aiderai ici des réflexions et des citations des biographes de Sayyid Ahmad (notamment Nadwî : vol. Peuvent-elles nous aider à interpréter le mouvement de Sayyid Ahmad Barelwî ? Gestion de l'indépendance et legs soviétique en Asie centrale, Karakalpaks et autres gens de l’Aral : entre rivages et déserts, La Mémoire et ses supports en Asie centrale, Patrimoine manuscrit et vie intellectuelle de l'Asie centrale islamique, L’héritage timouride : Iran – Asie centrale – Inde, XV, Portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, L’Asie centrale dans la correspondance de Sayyid Ahmad, La correspondance de Sayyid Ahmad et la géopolitique, Boukhara dans la géopolitique de Sayyid Ahmad, http://journals.openedition.org/asiecentrale/docannexe/image/448/img-1.jpg, L’Institut Français d’Études sur l’Asie centrale (IFEAC), Catalogue des 552 revues. Il met en œuvre cette dernière en se proclamant imam, c’est-à-dire calife. IV, « Kâbul », « Kâshghar » ; vol. Donc en Asie centrale comme en Afghanistan et dans le nord-ouest du sous-continent indien, nous sommes dans une période transitoire où une marge de manœuvre subsiste encore. Dans l’Afghanistan oriental émergeait une obscure branche de la famille Durrânî, les Bârakzay, dont l’homme fort fut Dost Muhammad (1826-1839,1843-1863), l’unificateur de l’Afghanistan moderne autour de la nouvelle capitale de Kaboul. 47Quoi qu’il en soit, le Khorasan est pour lui – en raison des rivalités entre les Durrânî encore en possession de Hérat, et les Bârakzai qui veulent contrôler tout l’Afghanistan – dans une situation très instable : il est un maillon faible qui pourrait, dit-il, être facilement la proie des Britanniques. 32Après tous ces préliminaires commence l’appel à l’émir de Boukhara. L’urgence du moment est qu’à tous les oulémas, aux élites, aux soldats courageux et aux sujets obéissants on fasse la proclamation [du jihâd] pour qu’ils se rassemblent en une armée victorieuse, et que le trésor de Sa Majesté s’ouvre pour l’entretien des mujâhidîn. Mehr, Ghulâm Rasûl, Sayyid Ahmad Shahîd, Lahore, Kitâb Manzil, 1952, 2 tomes reliés en un volume. Id., « Criticizing the abuses of the Sufis : the debate in early 19th century in India : 1798-1831 » in Fred. 394-409 (signalé ici comme Gaborieau, 1994b). Car le terme n’est pas Kâshghar, mais Kâshqâr, qui est un autre nom de Chitral, une principauté de l’extrême nord-ouest de l’actuel Pakistan, le long de l’Afghanistan (EI2, vol. Les fitna s’introduiraient et l’étendard de la rébellion contre Sa Majesté s’élèverait. Hardy, 1972 : 54, note 1), à la Panjab University à Lahore (Corr. Enfin il y a une seule mais longue lettre adressée à l’émir de Boukhara sur laquelle nous reviendrons en détail plus loin. ... 10 lettres: afghanistan: 11 lettres: kirghizstan: 11 lettres: ouzbekistan: 11 lettres: Qu'est ce que je vois? 11 Lettres n° 267/272, 313/317, 500/506, etc. Isma’îl Shâhîd, Shâh Muhammad (1781-1831), Sirât al-mustaqîm, 1818, first published Calcutta, Matba’ Shaikh Hidâyatu’llâh, 1822 ; édition utilisée, Meerut s. d. (Texte persan. 41Enfin Sayyid Ahmad souligne qu’il n’a aucune ambition personnelle dans ce monde. 202-222. 1, 406-407). Cette revendication d’une communication directe avec Dieu, pourtant très fréquente dans le soufisme de l’époque, est le thème le moins souvent relevé aujourd’hui par les commentateurs indiens et pakistanais : ils aplatissent considérablement la dimension mystique ainsi que je l’ai fait remarquer ailleurs à propos du principal manifeste du mouvement de Sayyid Ahmad, le Sirât al-mustaqîm (Ismâ’îl Shahîd 1818 : Gaborieau, sous presse). 27Sayyid Ahmad présente d’abord sa carrière de soufi et de réformateur. ancien état d'europe et d'asie. Il n’y avait plus d’empire afghan puissant capable de faire échec aux Sikhs ou aux Britanniques. Nous allons d’abord donner un résumé plus précis de cette lettre pour revenir ensuite sur ces arguments qui nous renseignent plus spécialement sur l’image que Sayyid Ahmad se faisait de l’Asie centrale. Aide mots fléchés et mots croisés. Il totalise une population de 80 096 604 habitants, et s'étend sur une surface de plus de 1 648 195 kilomètres carrés. Découvrez les bonnes réponses, synonymes et autres types d'aide pour résoudre chaque puzzle. Il reste un cas litigieux : au moins deux commentateurs (Q. Ahmad, 1966 : 50 et l’éditeur de Corr. D’une part le no man’s land sur la rive occidentale de l’Indus où s’établit Sayyid Ahmad entre le territoire des Sikhs et l’Afghanistan : on y trouve mentionnés les chefs des principautés de Kohat, Bannu, Hastnagar et Chitral. Il en existe de multiples recensions manuscrites : au British Museum (MS. Or. B). A), à Tonk (Rizvi, 1982 : 517), à la Nadwatu’l-’ulamâ de Lucknow (M.. Ahmad, 1975 : 397), à l’Université de Patna (Q. Ahmad, 1966 : xiv), à la Salar Library d’Hyderabad (Deccan) ; la liste n’est sans doute pas exhaustive... La date à laquelle ont été copiés ces manuscrits ne m’est pas connue sauf pour ceux de Patna (1880) et de Lahore (1883). ». Le but véritable de l’imam n’est pas de gouverner les pays, les villes, les districts. Inversement le but réel de ceux qui gouvernent un sultanat est de consolider leur pouvoir, de gouverner, de conquérir d’autres pays et d’élargir leurs frontières » (Corr. A). Grâce à Dieu l’extermination des infidèles ainsi que les prières du vendredi et des grandes fêtes ont été ainsi rendues légales conformément à la sharî’a1. Pays Royaume Au nord de l’Inde Asie centrale Himalaya Pays d'Asie Région d'Asie centrale Katmandou est sa capitale Pays de Katmandou A Katmandou pour capitale. Les solutions pour la définition HABITANT D'UN ETAT D'ASIE pour des mots croisés ou mots fléchés, ainsi que des synonymes existants. E shanova Salima, 2007, « Nisa et Khani, deux poétesses mystiques de Kokand (fin du du XIX e siècle-début XX e) », Cahiers d’Asie centrale 14-15, Tachkent/Paris, IFEAC/Maisonneuve & Larose : 264-290. B ; voir Thânesarî, 1891 ; Q. Ahmad, 1966 : xiv et Gaborieau, 1994a : 181) ; cette recension qui compte seulement 59 lettres a été réimprimée en 1969 avec une traduction en ourdou (voir sous Corr. 30Il raconte ensuite comment, de retour en Inde, il a prêché la guerre sainte ; comment ensuite avec ses fidèles il s’est exilé dans le territoire des Yûsufzai sur la rive occidentale de l’Indus et a commencé la guerre sainte. Menu . 16Un premier pointage a été fait dans la recension de Lahore (Corr. 15La fraction de la correspondance qui est adressée après 1827 à des chefs d’Etat est souvent mentionnée par les commentateurs (voir la mise au point récente de Rizvi, 1982 : 419-492) : elle n’a pas fait l’objet d’une étude systématique. This has meant an upsurge in Islamic activity, but also, after a few years of tumult in the early 1990s, a tightening of government control of religious education and practice. Ils étendent le voile de l’erreur sur la religion d’Allah pour l’effacer. Marc Gaborieau, « L’Asie centrale dans l’horizon de l’Inde au début du XXe siècle : à propos d’une lettre de Sayyid Ahmad Barelwî à l’émir de Boukhara », Cahiers d’Asie centrale, 1/2 | 1996, 265-282. 1, 405). ». 36Après une dernière exhortation à la guerre sainte, Sayyid Ahmad mentionne en terminant qu’il a fait parvenir sa lettre par l’intermédiaire de Maulvî Nizâm al-Dîn Chishtî [vraisemblablement le même que Miyân-jî Chisthî cité plus haut], musulman modèle qui a affronté toutes les difficultés du chemin à travers les forêts et les montagnes. Prêt à combattre à la fin de 1826, il déclara solennellement la guerre sainte contre les Sikhs. EI2, Encyclopedia of Islam, 2nd ed., Leyde, Brill ; Londres, Luzac, 1960, Articles : vol. 10Pour comprendre ces lettres aux chefs d’Etat d’Asie centrale, replaçons-les dans leur contexte historique et géopolitique. En 1818, ils finissent de soumettre l’Inde occidentale encore tenue par leurs plus puissants ennemis, les Marathes : cette année marque la véritable démilitarisation de l’Inde. Corr. Etat d asie 4 lettres. Le rôle des ressources naturelles. Id., Mansab-i imâmat, Delhi, Matba’-i Fârûqî, n. d., c. 1827 (texte persan seul : autre édition avec le texte persan accompagné d’une traduction ourdoue : Delhi, Matba’-i Fârûqî, 1888-1889). Publiée pendant la domination britannique, la recension de Thânesarî a probablement été édulcorée, en particulier les allusions aux Britanniques ont été remplacées par des mentions des Sikhs (Q. Ahmad, 1965 : 357-358). V : « Khorasân », « Kunduz ». C’est une obligation oubliée qu’il veut remettre à l’honneur. La carrière de Sayyid Ahmad se situe dans une période de transition en Inde, comme en Afghanistan et en Asie centrale. « Dans l’Hindoustan et le Khorasan, on oublie l’obligation de l’obéissance ; et l’accomplissement du jihâd se fait lentement : l’obéissance à Dieu est négligée. A) plus de 150 lettres d’époques et de contenus divers, dont beaucoup traitent de sujets purement mystiques. Il insiste donc sur le fait que faire le jihâd est une obligation de tous les musulmans. 35Si l’émir attaque immédiatement les infidèles, ils abandonneront l’idée d’attaquer les musulmans. Le sultan peut s’informer à ce sujet auprès des pèlerins, des marchands, des voyageurs et des gens bien informés. Il argue ensuite que si les infidèles envahissent le Khorasan (nous verrons plus loin ce qu’il faut entendre par ce terme), le khanat de Boukhara aussi sera menacé. etat d asie en 4 lettres: singapour: etat d asie en 9 lettres: vietnam: etat d asie en 7 lettres: yemen: etat d asie en 5 lettres: les solutions approchantes. 2Les lettres de Sayyid Ahmad ont été étudiées soit sous l’angle de la doctrine religieuse qu’elles contiennent, soit sous celui des desseins qu’on lui prête contre les Anglais en Inde. 1, 399-409 : et M. Ahmad, 1975 : 125-131, 175-179, 395-396 : Rizvi, 1982 : 491). Trois d’entre elles concernent Hérat : elles sont adressées au sultan Shâh Mahmûd Durrânî (m. 1828), à son successeur désigné, Kâmrân Shâh Durrânî (r. 1828-1842) et à Pasand Khân, ministre de Mahmûd. 1, 1982, nouvelle présentation ; vol. En savoir plus [+] ... État d'Asie en 10 lettres; État d'Asie en 12 lettres; État d'Asie en 14 lettres; Publié le 03 février 2017 19 avril 2017 - Auteur loracle Il existe un point commun entre l’attentat à l’aéroport d’Istanbul en juin dernier, celui qui a touché une discothèque la nuit du réveillon dans cette même ville et l’attentat suicide à l’ambassade chinoise au kirgiztan en août dernier : les auteurs provenaient tous de pays d'Asie Centrale. En savoir plus [+] Il fit aussi écrire par son principal disciple et idéologue, Shâh Ismâ’îl Shahîd (1779-1831), un traité en persan qui justifiait ses prétentions, le Mansab-i-imâmat (Ismâ’îl Shahîd c. 1827 ; Rizvi, 1982 : 514-516). AccueilNuméros1/2Dossier. 26En préambule, après la louange de Dieu et du Prophète, Sayyid Ahmad s’adresse à l’émir : « de la part du Commandeur des croyants, Sayyid Ahmad, au resplendissant de lumière, ombre de la Majesté divine, calife du Miséricordieux [...] sultan, fils de sultan... » Après les salutations d’usage, vient la requête. D’ailleurs la route qui passe par Chitral (Gommans, 1995 : 107-108) rejoint aussi Qunduz et la Transoxiane. A, 17b ; voir aussi Rizvi, 1982 :491). Solutions pour Arbuste d'Asie en 6 à 9 lettres pour vos grilles de mots croisés et mots fléchés dans le dictionnaire. ETAT D ASIE CENTRALE EN 11 LETTRES: OUZBEKISTAN: ETAT D ASIE CENTRALE EN 11 LETTRES: Les solutions approchantes. 21La lettre adressée à l’émir de Boukhara se trouve dans les deux recensions (Corr. Puis s’étend le Khorasan, dans le nord et l’ouest de l’actuel Afghanistan : encore aux mains des musulmans, il est cependant un maillon faible en raison des dissensions et des rivalités entre les prétendants à la domination dans cette région. C’est ce que je voudrais essayer de faire ici en insistant plus particulièrement sur une lettre adressée vers 1828 à l’émir de Boukhara. V, « Khurâsân ») qui désigne tout le territoire qui s’étend de l’Iran à la vallée de l’Indus, incluant l’actuel Afghanistan. 45Si la correspondance de Sayyid Ahmad est authentique, il faut admettre que le but ultime de Sayyid Ahmad était, comme il apparaît dans cette citation, de rétablir la sharî’a dans l’Inde et donc, en dernier ressort, de faire la guerre aux Anglais. Hardy, Peter, The Muslims of British India, Cambridge University Press, 1972. 9Le fait que les recensions soient aussi tardives pose des problèmes d’authenticité. Traduction ourdoue : Deoband, Idâra al-rashîd, s. d. et Lahore, ‘Abdu’l-’Azîz, s. d.). Le sultan gouverne un royaume et se préoccupe d’acquérir des territoires et d’amasser des richesses. 6L’interprétation de cette correspondance pose des problèmes, car il y a évidemment une mise en scène, comme l’a bien souligné Peter Hardy : « Comme le Prophète, selon la tradition musulmane, écrivit des lettres aux grandes puissances de son temps pour les inviter à reconnaître sa prophétie, de la même façon Sayyid Ahmad, selon la tradition des réformateurs, écrivit des lettres aux gouvernants de l’Asie centrale en se donnant le titre de commandeur des croyants » (Hardy, 1972 : 53-54).

Drive Auchan Sens, Livre Activités Montessori 0-3 Ans, Mistral Gagnant Piano Partition Facile, Bijoux Auchan '' Catalogue 2020, Menu Traiteur Carrefour, Cabane Dans Les Arbre Vendée, Consulat De Pologne Lyon Adresse, Cirque Sous Leau Guadeloupe,